L’art de coder par Margherita, Software Developer & Scrum Master ALTEN

04/06/2020

Margherita n’avait jamais imaginé petite fille faire de sa passion pour le développement son métier. C’est pourtant celui-ci qu’elle exerce depuis bientôt deux ans auprès du leader mondial en développement de solutions logicielles pour l’industrie du voyage. Elle a créé avec son équipe les premières lignes de code d’un produit qui va bientôt permettre aux passagers aériens de choisir un vol de réaffectation en cas d’annulation. Découvrez son profil et son parcours.

« Mes deux grands frères ont toujours été des férus d’informatique, un intérêt qu’ils m’ont très vite transmis. Pour mes 10 ans, ils m’ont offert un livre sur l’HTML, ce langage qui permet de créer le contenu et la structure d’une page web… une révélation ! Après l’avoir lu, je disais à tout le monde que quand je serais plus grande, je créerais des sites web. Mais j’étais loin de me douter à l’époque que cette idée d’enfant me conduirait jusqu’à l’obtention d’un master en informatique ».

Quelques années plus tard, c’est sur un produit grandeur nature que Margherita s’applique à mettre à profit ses connaissances. Au sein de son équipe, elle a travaillé sur le développement d’un système qui va prendre vie sous forme de site web et d’application, et qui va prochainement être testé en production auprès de compagnies aériennes.

Margherita suit son implémentation chez les différents clients, et se remémore avec une certaine fierté toutes les étapes achevées avec son équipe pour en arriver là :

« Nous avons participé à toute la phase de développement de la partie back-end du produit. Concrètement, il s’agit de la construction de sa structure, de toute la logique informatique qui permet au produit de fonctionner, mais que l’utilisateur final ne voit pas. J’ai adoré le voir naître entre nos mains, et c’est tellement incroyable de réaliser qu’il va bientôt être utilisé par de vrais passagers ! ».

 

Créer le code parfait

« Tout le monde associe l’informatique, et en particulier le code, à quelque chose de froid et mécanique. En tant que Software Developer, j’ai le sentiment inverse. À chaque fois que j’écris un nouveau code, c’est comme si je peignais un tableau : je veille à produire un code élégant et je le fais évoluer, pour le rendre toujours plus mature. Je ne l’écris pas que pour le faire fonctionner, mais aussi pour la beauté de son écriture ».

Curieuse et dotée d’une appétence pour les dernières avancées technologiques, Margherita décrit une autre source de satisfaction dans son travail au quotidien : « J’aime ce que je fais parce que je crée en permanence. Voir un projet peu à peu sortir de terre et participer à son évolution est extrêmement motivant. Il est très challengeant d’écrire le meilleur code possible face à un problème donné, car il en existe mille et un. Je m’efforce de toujours produire le code qui ne se contentera pas seulement de fonctionner, mais qui sera efficace et compréhensible par celui qui ne l’aura pas écrit et qui devra l’utiliser ».

Coder devant un ordinateur n’est pas synonyme de solitude, bien au contraire : « En plus de ma fonction de Software Developer, j’ai également une casquette de Scrum Master. En d’autres termes, je guide mon équipe dans l’application de méthodes agiles et collaboratives, qui nous aident à développer notre produit de la manière la plus productive possible. J’ai donc une grande part de relationnel dans mon travail avec toutes les parties prenantes du projet, ce qui me permet d’en avoir une vue d’ensemble et de ne pas être cantonnée qu’à son aspect technique ».

 

Ecrire un code : y mettre un peu de soi pour donner du sens

« Aimer ce que l’on fait est un gage de réussite. L’incroyable avantage de mon métier, c’est que le code est transverse à tous les domaines. J’ai beaucoup voyagé étant enfant, du fait du travail de mon père. Ma famille est originaire d’Italie et j’ai effectué une bonne partie de ma scolarité dans des écoles françaises à l’étranger. Les voyages ont beaucoup compté dans ma vie, ils m’ont appris une ouverture d’esprit que je ne cesse de développer encore aujourd’hui. Travailler sur un projet en lien avec le voyage fait donc complètement sens pour moi : je travaille sur un produit qui me parle ».

Margherita a pour objectif de toujours créer des codes qui amélioreront le quotidien de celles et ceux qui l’utiliseront. « Le premier projet que j’ai monté seule de A à Z était mon projet de fin d’études. Il s’agissait de coder un exercice pour ré-entraîner, à travers un site web, les fonctions cognitives de personnes qui souffraient de scléroses multiples. J’ai même pu personnaliser l’exercice, étant originaire de Rome, j’ai créé un code pour que ces personnes puissent s’entraîner à planifier tout un week-end dans la capitale italienne : horaires des transports en commun, des musées, itinéraires… tout devait être pris en compte pour organiser l’excursion ».

Ce projet a été déterminant dans la perception du métier que Margherita exerce aujourd’hui : mettre ses compétences et donc ses créations au service de la communauté.

« A chaque fois que j’écris un nouveau code, c’est comme si je peignais un tableau »

 

 

Retrouvez l’intégralité des portraits de consultantes-ingénieures ALTEN
dans le Portfolio Histoires de Femmes Ingénieures n°4.

 

 

Share